Prêt relais : mode d’emploi

le prêt relais

Vous avez eu un coup de cœur pour une résidence se trouvant dans l’endroit de vos rêves et vous souhaitez l’acquérir. Or, vous n’avez pas encore vendu votre logement actuel. Dans ce cas précis, le prêt relais est la solution qui vous convient. Découvrez alors ci-après tout ce que vous devez savoir sur ce financement particulier.

Quelques points sur le prêt relais

un bien immobilier

A lire aussi : Qu’est-ce qu’un prêt relai et comment le financer ?

Il n’est pas facile d’acheter un bien immobilier avant de vendre un autre. Pour financer votre projet d’achat, sans bénéficier de la vente de votre précédente maison, vous pouvez vous tourner vers le prêt relais. C’est votre banque qui vous accordera le capital nécessaire à l’acquisition de la nouvelle résidence. La durée du remboursement des fonds est définie par l’établissement financier et est jugée convenable pour vous permettre de vendre votre ancien habitat.

Vous devez également savoir qu’il existe trois types de prêt relais. Le premier est prêt relais classique. Dans ce cas, le montant qui vous sera accordé peut suffire pour financer votre projet d’achat. Toutefois, si cette somme ne couvre pas l’acquisition du bien immobilier, vous pouvez toujours contracter un second prêt, dont le prêt relais adossé ou jumelé. Ce financement complémentaire est de type PTZ. C’est un peu comme un prêt immobilier classique. Le troisième type est la franchise totale. Ici, le client ne rembourse les intérêts et le capital emprunté qu’à la vente effective de sa première maison.

A lire en complément : Comment demander et obtenir un prêt relai auprès d’un organisme de crédit ?

Les avantages et les inconvénients du prêt relais

le principe du prêt relais

Il est important de connaître que les banques se protègent contre les aléas du marché de l’immobilier et les mauvaises estimations. C’est pour cela que le prêt relais qui vous sera accordé ne couvre en général que 50 à 80% du prix de la propriété que vous souhaitez acquérir.

Prenons un exemple concret pour vous aider à comprendre tout cela. Vous voulez acheter une résidence plus grande qui vaut 300 000 euros, alors que votre maison actuelle est estimée à 250 000 euros. Vous vous êtes alors rendu à la banque pour contracter un prêt relais, car votre ancien habitat est encore sur le marché. L’établissement financier peut vous prêter 195 000 euros, soit 65% du prix du second logement. Il procède ainsi, parce qu’il redoute que la somme que vous avez demandée soit un peu élevée.

Par ailleurs, le principe du prêt relais est basé sur le remboursement différé. Vous aurez alors une période de transition durant laquelle vous ne rembourserez à la banque que les intérêts des fonds qui vous ont été accordés. La somme que vous avez empruntée doit être soldée après la vente de votre ancienne habitation et ce, sans pénalité de remboursement anticipé.

En général, le prêt relais vous sera accordé pour une durée de 6 à 12 mois, éventuellement renouvelable une fois. Les acquéreurs qui souhaitent contracter un tel prêt peuvent donc avoir 12 à 24 mois pour vendre leur ancien logement. Mais que se passe-t-il si vous n’arrivez pas à rembourser le capital emprunté après cette période-là ? Il est toujours possible de négocier un autre prêt de longue durée auprès de l’établissement financier. Vous devez néanmoins savoir que cette solution peut être coûteuse. Le mieux est d’anticiper, de ne pas surévaluer la maison à revendre et de ne contracter un prêt relais que si la demande dans la zone où cette dernière se trouve est élevée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *